Mère nature est décidément un bel exemple !
Après s’être inspiré de l’éléphant, du goéland, de la fourmis, du chien, du mulet, et bien d’autres espèces vivantes sur terre, les roboticiens ont décidé de se mouiller un peu plus avec le poisson robotisé.

L’idée de départ était d’optimiser le déplacement et la consommation électrique des robots sous-marin autonomes (AUV).
En effet, les propulseurs utilisés actuellement sont très consommateurs d’énergie, ce qui oblige à réduire d’autant plus la consommation des ordinateurs embarqués. L’université de Kitakyushu au Japon, ainsi que bien d’autres, ont relevé le défi et n’ont pas tardé à bluffer le monde !

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez observer la fluidité de mouvement du robot Essex Robotic Fish, produit par l’université de Essex en Grande Bretagne.

Bien que très courte, la vidéo du Tai-robot-kun, de l’Université de Kitakyushu au Japon est impressionnante tant les détails du poisson sont soignés :

Vous en voulez encore ? Allez vite visiter le site robotic-fish.net ! Ce site contient des vidéos et détails techniques concernant quelques uns des projets de poisson les plus aboutis.

Pensez à prendre des lunettes de plongée 😎

PARTAGER
Article précédentRopid, l'acteur humanoïde
Article suivantQuels robots ne manquent pas d'aspiration ?
Président et co-fondateur de l'association Shy Robotics / Ingénieur IT chef de projet innovation usine 4.0 dans l'aéronautique jusqu'à peu / Entrepreneur startup et consultant innovation depuis peu / Journaliste pour Planète Robots / Auteur de Smart World

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Pour des raisons de sécurité, merci de répondre à la question suivante *