Puu_oo
Une des bouches éruptives du volcan Kilauea –
Photo: (Wikipédia)

 

La NASA souhaite explorer les volcans à l’aide de la robotique, afin de mieux comprendre le déroulement de ses éruptions. L’équipe du célèbre Jet Propulsion Laboratory (coentreprise entre la NASA et Caltech qui est chargée de la construction et la supervision des vols non habités de l’agence spatiale américaine) a conçu un petit robot baptisé VolcanoBot, capable de se glisser dans les crevasses volcaniques et qui sera en mesure d’en offrir une cartographie en trois dimensions.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Enseigne du Jet Propulsion Laboratory – Photo: (Wikipédia)

 

Le premier prototype, arrivé en finale du concour Expedition Granted organisée par National Geographic, mesure 30 cm de long sur 17 cm de haut, intègre un capteur de vision 3D de la compagnie Primesense, une alimentation, et est relié à la surface par un câble.

Notons que Primesense est connue entre autre pour sa conception du fameux périphérique Kinect utilisé par la console de jeux vidéo Xbox 360.

 

Volcanobot - Image 3
Carolyn Parcheta, stagiaire au Jet Propulsion Laboratory –
Photo: (NASA)

 

La première utilisation du Volcanobot a eu lieu à l’intérieur du volcan Kilauea, le plus actif du monde, à Hawai, en mai 2014. Le robot a franchit les 25 mètres de profondeur à l’intérieur d’une crevasse sans toutefois en atteindre le fond.

 

volcanobot1
VolcanoBot 1 Photo: (NASA)

 

La NASA espère arriver à de meilleures performances par l’entremise de la deuxième version du prototype qui sera prête au mois de mars prochain et offrira quelques améliorations dont entre autres, l’ajout d’une caméra rotative, d’un moteur plus performant et d’une dimension plus restreinte. Le VolcanoBot 2 effectura donc la même mission que son grand-frère à l’intérieur du Kilauea, cette fois avec l’espoir d’atteindre le fond de la crevasse.

 

Volcanobot
Volcanobot 1 (à droite) – VolcanoBot 2 (à gauche) – Photo: (NASA)

 

L’agence spatiale américaine espère un jour étendre l’utilisation du robot sur la Lune ou sur Mars.

 

Source : Sciences et avenir

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Pour des raisons de sécurité, merci de répondre à la question suivante *