Hier encore, tous les yeux étaient tournés vers la base de la Vandenberg Air Force, en Californie, d’où le Falcon HTV-2 HTV-2 (Hypersonic Technology Vehicle 2) de la DARPA (Agence de recherche avancée sur les projets de défense du pentagone) devait décoller et effectuer une mission en totale autonomie.
Cet engin capable d’atteindre 22 fois le mur du son (27 000 km/h) et mesurant 3,60 mètres de long pourrait théoriquement joindre New York à Los Angeles en tout juste 12 minutes. Il serait capable de se déplacer d’un point A à un point B en moins d’une heure, quelque soit la position désignée sur le globe !
Le hic, c’est que la DARPA a quelques soucis à passer de la théorie à la pratique, et les deux tests du prototype ont tout deux échoués.
Depuis hier, l’agence recherche son véhicule perdu pendant les essais quelque part dans l’océan Pacifique… le contact a été rompu 9 minutes après le décollage…

D’après le magazine en ligne Maxi Sciences, l’engin est doté d'”Une capacité qui répond au projet des militaires américains d’avoir les moyens de frapper des cibles à l’autre bout du monde avec des armes conventionnelles dans l’heure, un projet baptisé “frappe mondiale rapide”, précise l’AFP. “A la différence d’un missile balistique, l’engin est manoeuvrable et suit donc une trajectoire moins prévisible. Il ne risque ainsi pas d’être pris pour un missile nucléaire”, a expliqué Loren Thompson, expert au Lexington Institute, un centre de réflexion spécialisé dans l’aéronautique.”


Source :
The Daily Mail

Laisser un commentaire