Comme nous l’expliquions à la création de Shy Robotics, un robot n’est pas forcément matériel, il peut être virtuel (définition de robot ici).
Le tout est qu’il respecte le principe de percepts (capteurs) et d’actionneurs.
Aujourd’hui, Internet est truffé de robots. On remarque beaucoup ceux de Google qui envoie ses “bots” visiter les sites web pour en référencer le contenu. Un “socialbot” est un type de “bot” programmé pour visiter les réseaux sociaux et se créer des contacts en dupant les utilisateurs.

Récemment, un groupe de chercheurs de l’université anglaise de Vancouver a mené une étude sur Facebook en utilisant des robots virtuels, des socialbots. Grâce à eux, ils ont pu récupérer 250Go de données personnelles de divers utilisateurs ! Et le tout en exploitant la plus grosse faille du système : L’homme.
Les 102 socialbots qui se sont infiltrés sur le réseau ont eu accès aux profils, ont pu publier sur les murs et envoyer des requêtes d’ajout aux listes d’amis des utilisateurs. Chaque socialbot était limité à 25 requêtes par jour pour éviter de se faire repérer par Facebook. Les deux premières semaines, 19% des requêtes ont obtenu une réponse positive !
Une fois ces premiers amis inscrits, les amis de ces amis ont fait confiance aux requête à 59% ! C’est énorme !
Quand on dit que certaines personnes ne connaissent pas tous leurs contacts… Attention à bien vous protéger sur ces réseaux sociaux !
L’expérience a montré que plus les bots inscrivaient d’amis communs, plus le taux de confiance des utilisateurs grandissait, et plus ils réussissaient dans leur quête.
Facebook qui a pourtant un outil de détection des bots relativement efficace n’a réussi qu’à bloquer 20% des socialbots de l’équipe de chercheurs. Et encore… c’est parce que les bots ont été dénoncés par les utilisateurs.
Ici nous parlons de robots dotés d’une petite intelligence artificielle, mais sachez que les applications que vous installez sur vos comptes fonctionnent de la même manière pour récupérer vos informations personnelles et les revendre aux enseignes commerciales.
Pour conclure cet article, on peut dire que pour duper un être humain, il n’y a pas besoin de donner l’apparence humaine à une machine… un socialbot suffit et il n’a même pas besoin de savoir parler !
Lire l’article scientifique
Source : Cnet.com

Laisser un commentaire