Le robot à tête d’iPhone.

Ils construisent nos voitures, assemblent nos téléviseurs et nettoient le sol. Leur évolution est telle qu’on les intègre de plus en plus dans notre société. Un jour peut-être, le robot pourra remplacer l’humain dans toutes ses tâches. Aujourd’hui, la société Foxconn qui assemble les iPhones, envisage d’automatiser ses chaînes de production pour diminuer ses coûts face à une population chinoise qui accepte de moins en moins son exploitation abusive et sa mal traitance.

Pour relever les salaires, il faut produire autant mais avec moins d’ouvriers. Comme disait Colluche, il y a une époque où les ouvriers étaient mal payés et avaient tous du boulot, aujourd’hui ils sont mieux payés mais les places se font rares. Difficile de trouver un équilibre dans ces conditions. Les robots ne sont donc pas vraiment responsables puisqu’on parle ici de conditions de travail très dures pour satisfaire des consommateurs qui ne sont pas conscients qu’à l’autre bout du monde quelqu’un a travaillé presque gratuitement pour que son appareil soit assemblé. C’est tellement loin de nous que notre conscience n’est même pas atteinte. Pire, on nous habitue à ne pas prendre la chose au sérieux.

Le débat pourrait aller plus loin puisqu’entre l’ouvrier et le consommateur, certaines personnes se servent peut-être de manière abusive au passage. Le partage n’est donc peut-être pas équitable, mais ces personnes investissent et créent de l’emploi. (Que de contradictions… qui a raison ?) Au délà de ça, si on changeait moins régulièrement d’appareil et qu’on le payait plus cher, l’équité serait peut-être plus présente. Encore faudrait-il pouvoir réparer son appareil en cas de panne pour prolonger sa vie… C’est la dure loi de l’obsolescence programmée.

Voici une vidéo à propos de l’obsolescence programmée pour mieux comprendre ce dont je parle. Le film est vieux mais très bien fait :

Mais les robots eux-mêmes doivent être construits et créent un besoin qui n’existait pas avant. L’effet dominos voudrait que par la suite, un autre besoin soit créé à partir d’eux, ce qui créerait un autre type d’emploi. Ce débat peut sembler hors sujet, mais il répond en partie à la question : « Les robots nous volent-ils nos emplois ? ». (Je devrais peut-être lancer un débat un jour : N’hésitez pas à réagir dans les commentaires).

Foxconn emploi aujourd’hui plus d’un million de personnes dans ses usines en Chine, mais le mois dernier, l’entreprise a fait face à des grèves de grande ampleur. Elle avait déjà lancé l’idée d’automatiser ses chaînes en novembre 2011 car les révoltes commençaient : 300 salariés menaçaient de se suicider du haut du toit de l’usine. Son pôle Recherche & Développement travaille désormais sérieusement sur le sujet.

L’iPhone 5 et l’iPhone 4S sont déjà assemblés par des robots pour les parties les plus simples, c’est pourquoi la compagnie imagine que l’iPhone 6 pourrait exploiter un nombre encore plus grand de robots. Foxconn fourni également Microsoft et Nintendo pour n’en citer que deux. Parmi les avantages que Foxconn met en avant, il y a le fait qu’un robot ne se fatigue pas, qu’il n’est pas sensible aux bruits et aux produits chimiques (s’il est bien conçu).

La société ABB a développé un prototype de robot intéressant qui pourrait bien attirer l’attention de Foxconn. FRIDA, c’est son nom, a été créé pour assembler des systèmes électroniques comme les smartphones. Très peu encombrant et offrant les mêmes degrés de liberté qu’un être humain, il ne lui manque que l’intelligence pour exécuter son travail. (l’intelligence est sans doute ce qui est le plus développé et le plus coûteux aujourd’hui en robotique : Cela suit la logique de l’informatique)

Un autre sujet lié à la robotique chez les iPhones : Les roboticiens utilisent de plus en plus les smartphones dans leurs projets car ceux-ci offrent une puissance de calcul, une autonomie sur batterie, des capteurs et des applications d’un intérêt relativement important. On voit alors apparaître de curieux robots à tête d’iPhone sur le web…

Sources :
InternetSIAO
Techhive

2 Commentaires

  1. Dans un pays occidental comme la France ou les USA, remplacer les ouvriers par des robots semble être réaliste étant donné que les salaires sont élevés, mais en Chine… bon, je sais bien que ça commence doucement à s’élever, mais c’est encore extrêmement bas. Un robot n’est pour l’instant pas concurrentiel à mon avis face à une petite main experte et qu’on peut faire travailler beaucou,p beaucoup…

    • En fait, le problème est vu sur un plus long terme. Le coût du travail en Chine va augmenter les dix prochaines années, et la conception et le développement de robots à tout faire est très long. Nous ne sommes pas encore satisfaits de ce qui existe pour l’exploitation. C’est donc le moment pour la Chine d’investir pour l’avenir. L’automatisation des tâches permet entre autre l’évolution intellectuelle du pays car on va de plus en plus encourager les études.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here