« Huygens est un module de descente de 350 kg développé par l’Agence spatiale européenne pour étudier Titan, un des satellites de Saturne, dont l’atmosphère épaisse intrigue depuis longtemps les astronomes. Il a été transporté jusqu’aux abords de Saturne par la sonde spatiale Cassini de la NASA lancée en 1997 et, après une phase de mise en sommeil de près de 7 ans, a été largué près de son objectif en décembre 2004. Huygens a atteint Titan le 14 janvier 2005. Après avoir pénétré à environ 20 000 km/h dans l’atmosphère dense du satellite protégé par un bouclier, il a déployé successivement à compter de l’altitude de 180 km plusieurs parachutes avant d’effectuer un atterrissage en douceur sur le sol.

Le 14 janvier 2005, la sonde Huygens, baptisée du nom de l’astronome Christian Huygens qui a découvert le satellite Titan en 1655, devient l’objet de construction humaine posé le plus loin dans le système solaire. » (Wikipédia)

La surface de Titan, l’une des lunes de Saturne, regroupe de nombreux curieux comme les concepteurs de Huygens. On y trouve des lacs d’hydrocarbone remplis par des pluies de méthane et des éruptions volcaniques rejetant un mélange d’eau et d’ammoniaque. C’est assez intéressant pour qu’une autre mission soit proposée par un groupe de scientifiques qui veulent envoyer un avion un peu particulier pour visiter la surface de Titan.

Cette mission qui n’est qu’une proposition aujourd’hui, est appelée AVIATR (« Aerial Vehicle for In-situ and Airborne Titan Reconnaissance« ), et est conçue pour être l’une des missions les moins chères « outre-Terre » pour 75 millions de dollars.

Ce petit robot devrait peser 120kg et être propulsé par des moteurs électriques. Une grande antenne pourrait lui permettre de communiquer avec la terre. La grosse différence à noter avec un avion en mission sur Terre est que la densité atmosphérique est quatre fois plus grande, combinée à la gravité qui est sept fois plus faible. Cela induit une capacité de vol 28 fois plus facile sur Titan, et 1 000 fois plus simple que sur Mars. Le poids d’AVIATR n’est donc pas un problème pour voler !

La proposition sera étudiée de plus près par la NASA en 2020, lorsque visiter Titan entrera dans les priorités. Une fois l’avion construit, il lui faudra sept années pour rejoindre Titan.

Source : Proposal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here