AVIATR, envoyer des drones sur les lunes de Saturne est travail pour Titan !

0
1397


« Huygens est un module de descente de 350 kg dĂ©veloppĂ© par l’Agence spatiale europĂ©enne pour Ă©tudier Titan, un des satellites de Saturne, dont l’atmosphère Ă©paisse intrigue depuis longtemps les astronomes. Il a Ă©tĂ© transportĂ© jusqu’aux abords de Saturne par la sonde spatiale Cassini de la NASA lancĂ©e en 1997 et, après une phase de mise en sommeil de près de 7 ans, a Ă©tĂ© larguĂ© près de son objectif en dĂ©cembre 2004. Huygens a atteint Titan le 14 janvier 2005. Après avoir pĂ©nĂ©trĂ© Ă  environ 20 000 km/h dans l’atmosphère dense du satellite protĂ©gĂ© par un bouclier, il a dĂ©ployĂ© successivement Ă  compter de l’altitude de 180 km plusieurs parachutes avant d’effectuer un atterrissage en douceur sur le sol.
Le 14 janvier 2005, la sonde Huygens, baptisĂ©e du nom de l’astronome Christian Huygens qui a dĂ©couvert le satellite Titan en 1655, devient l’objet de construction humaine posĂ© le plus loin dans le système solaire.
 » (Wikipédia)

La surface de Titan, l’une des lunes de Saturne, regroupe de nombreux curieux comme les concepteurs de Huygens. On y trouve des lacs d’hydrocarbone remplis par des pluies de mĂ©thane et des Ă©ruptions volcaniques rejetant un mĂ©lange d’eau et d’ammoniaque. C’est assez intĂ©ressant pour qu’une autre mission soit proposĂ©e par un groupe de scientifiques qui veulent envoyer un avion un peu particulier pour visiter la surface de Titan.
Cette mission qui n’est qu’une proposition aujourd’hui, est appelĂ©e AVIATR (« Aerial Vehicle for In-situ and Airborne Titan Reconnaissance« ), et est conçue pour ĂŞtre l’une des missions les moins chères « outre-Terre » pour 75 millions de dollars.
Ce petit robot devrait peser 120kg et ĂŞtre propulsĂ© par des moteurs Ă©lectriques. Une grande antenne pourrait lui permettre de communiquer avec la terre. La grosse diffĂ©rence Ă  noter avec un avion en mission sur Terre est que la densitĂ© atmosphĂ©rique est quatre fois plus grande, combinĂ©e Ă  la gravitĂ© qui est sept fois plus faible. Cela induit une capacitĂ© de vol 28 fois plus facile sur Titan, et 1 000 fois plus simple que sur Mars. Le poids d’AVIATR n’est donc pas un problème pour voler !
La proposition sera Ă©tudiĂ©e de plus près par la NASA en 2020, lorsque visiter Titan entrera dans les prioritĂ©s. Une fois l’avion construit, il lui faudra sept annĂ©es pour rejoindre Titan.
Source : Proposal

Laisser un commentaire