L’iCub est le projet de robot humanoïde fondé par la commission européenne dans le cadre du programme de la recherche sur les systèmes cognitifs et robotiques. 20 laboratoires travaillent désormais sur le projet pour donner vie à ce robot à l’apparence d’un enfant de trois ans.
Le fonctionnement de notre cerveau et sa capacité à assimiler et à utiliser l’information sont encore peu compris dans le monde scientifique. La recherche en robotique et en intelligence artificielle a permis de nombreuses avancées, et on peut aujourd’hui en observer quelques applications telles que iCub. A terme, ce robot reproduira le comportement d’un enfant de trois ans en s’appuyant sur la cognition humaine, l’expression faciale et les méthodes d’apprentissage que l’on connait en IA (Intelligence Artificielle).
53 moteurs animent sa tête, ses bras et mains, sa taille et ses jambes. Il peut voir, écouter et a le sens de la proprioception (organisation nerveuse sur l’ensemble du corps, lui donnant une sensibilité et des sens) et du mouvement. Le sujet nous rappelle l’article dans lequel, nous parlions de l’intelligence du corps (voir ici).
iCub est au centre de toutes les attentions grâce au Dr James Law, chercheur au département des sciences de l’information à l’université de Aberystwyth, qui a eu l’idée de nommer iCub pour porter la torche olympique aux jeux de 2012 à Londres. Le prétexte choisi est la célébration du centième anniversaire d’Alan Turing, l’un des pères de l’informatique d’aujourd’hui. Il a permis de grandes avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle.

L’année dernière, on observait un enfant en bas âge qui tentait de manipuler des boules de couleurs sans que celles-ci ne fuient :

Cette année, iCub passe à l’étape suivante et apprend à se déplacer. A quand la marche sur les deux pieds ?

On peut déjà imaginer l’ampleur du travail déjà réalisé, et pourtant, nous ne sommes qu’au début du développement du robot. D’autant plus que l’on observe encore des actions qu’un être humain ne pourrait reproduire à cause de son anatomie :


Je ne sais pas vous, mais personnellement, j’attends avec impatience de voir la version finale ! 🙂
Source :
iCub

4 Commentaires

  1. Impressionnant ! Mais comment arrivent-ils à donner la capacité d’apprendre à cette machine ? Le cerveau humain est déjà très complexe…

  2. A mon avis, il y a du boulot derrière. L’intelligence artificielle existait déjà au temps d’Aristote. On attribuait ce terme aux appareils qui exécutaient des actions de manière automatique (régulation d’eau par exemple).
    Mais iCub est un beau projet je trouve 🙂

    • En effet, Aristote est connu dans le domaine de l’intelligence artificielle pour l’une de ses approches : L’idée d’automatiser les calculs et actions résultantes a été une véritable révolution depuis la fin du XXème siècle comme on a pu l’observer. Aujourd’hui, une grande partie de la population est dépendante de l’informatique et ne se rend pas compte qu’elle est face à un appareil qui “pense” (selon débat).

Laisser un commentaire