Projet cach√© de Google d√©voil√© au public il y a quelques ann√©es, la voiture autonome de Google montre peu √† peu ses secrets. Cette voiture a fait parler d’elle en parcourant les routes des Etats Unis et en invitant certaines personnes √† monter lors d’un parcours sur circuit ferm√© pour constater ses performances.
La Toyota Priuse utilis√©e enregistre maintenant plus de 300 000 kilom√®tres en totale autonomie ! Incluant la conduire en agglom√©ration, dans les bouchons, sur l’autoroute, en montagne, etc. Un pilote est malgr√© tout toujours pr√©sent en cas de probl√®me. Ce projet est toujours loin du produit commercial, mais Google met de plus en plus en avant le fait que sa solution puisse fonctionner sur tout type de voiture. Nous avons d’ailleurs eu droit √† la voiture de golf autonome.
Le professeur Sebastian Thrun de l’universit√© de Stanford qui guide le projet et l’ing√©nieur Chris Urmson de chez Google, ont mis en avant certains d√©tails pendant la conf√©rence IEEE International sur les robots et les syst√®mes intelligents, qui s’est d√©roul√©e √† San Francisco le mois dernier.
Thrun et Urmson ont expliqu√© comment cette curieuse voiture fonctionne, en s’appuyant sur des vid√©os de tests sur route.

Au premier abord, ce projet peut sembler fou, mais les d√©monstrations et explications lors de la conf√©rence IEEE du mois dernier ont convaincu ! En effet, ce syst√®me serait une solution pour r√©duire le nombre d’accidents, de bouchons, et limiter la consommation de carburant ! Rien que √ßa !

Urmson, le responsable du projet a annonc√© que le cŇďur du syst√®me est le laser positionn√© sur le toit de la voiture (c’est un LIDAR). Vous pouvez consulter l’article scientifique r√©dig√© pour l’occasion ici. Ce laser est un Velodyne √† 64 faisceaux. Il g√©n√®re une carte d√©taill√©e en trois dimensions de l‚Äôenvironnement. La voiture combine ensuite les mesures laser √† la carte du monde haute r√©solution qu’elle a en m√©moire, produisant diff√©rents mod√®les qui lui permettent d’√©viter les obstacles et de respecter le code de la route.
Le v√©hicule poss√®de divers capteurs/senseurs tels que quatre radars plac√©s √† l’avant et un capteur d’obstacle √† l’arri√®re qui lui permettent d’√™tre conscient du trafic environnant. Une cam√©ra positionn√©e proche du r√©troviseur d√©tecte les feux de circulation. Un syst√®me GPS, une centrale d’attitude IMU (inertial measurement unit) et une roue codeuse permettent de calculer la position approximative du v√©hicule et d’avoir un retour r√©gulier sur ses d√©placements.
L’image ci-dessous illustre cette description :

L’approche de Google est int√©ressante dans le sens o√Ļ le syst√®me se base sur une carte tr√®s d√©taill√©e de la route et du terrain. De plus, avant d’activer le pilotage automatique, les ing√©nieurs de Google parcourent plusieurs fois la route pour r√©cup√©rer les donn√©es d’environnement. Lorsque le v√©hicule doit se d√©placer seul, il compare les donn√©es enregistr√©es avec celles qu’il r√©cup√®re. Cette technique lui permet de faire une claire diff√©rence entre un pi√©ton et une boite aux lettres par exemple.
La vid√©o pr√©c√©dente montre la voiture qui s’arr√™te √† une intersection. Apr√®s le passage au vert du feu, la voiture commence √† tourner √† gauche mais un pi√©ton traverse. Pas de probl√®me ! M√™me si le pi√©ton traverse au dernier moment, la voiture r√©agit instantan√©ment. (C’est presque plus rassurant que de voir un humain conduire…)

Parfois cependant, la voiture doit √™tre plus agressive. C’est le cas lorsqu’elle passe sur un carrefour. Il faut alors laisser passer les v√©hicules prioritaires avant d’avancer. Tout cela serait si simple si tout le monde respectait le code de la route… Lorsque c’est son tour et qu’une autre voiture lui refuse la priorit√©, la voiture de Google s’avance doucement pour montrer qu’elle a l’intention de s’engager.
Et oui ! Pour conduire sur la route de manière autonome, il faut donner une personnalité à la voiture !
Clairement, les ing√©nieurs de chez Google ont du s’amuser √† programmer tout √ßa.

Thrun et ses coll√®gues de chez Google dont les co-fondeurs Larry Page et Sergey Brin, sont convaincu que des v√©hicules plus intelligents pourraient aider √† se d√©placer de fa√ßon plus s√©curis√©e et plus efficace. Les voitures pourraient conduire plus proches les unes des autres, remplissant 80 √† 90 pourcent des routes (on fait surtout allusion aux distances de s√©curit√© qu’un √™tre humain doit conserver sur la route pour limiter les d√©g√Ęts en cas d’accident).
Le temps de r√©action du syst√®me est bien plus petit que celui d’un √™tre humain.
Urmson quand-√†-lui, envisage un autre sc√©nario : Les v√©hicules pourraient devenir une ressource partag√©e, un service que la population pourrait utiliser au besoin. Il suffirait d’en appeler un √† partir d’un smartphone, et une voiture autonome viendrait vous chercher pour vous conduire o√Ļ vous le souhaiter ! (Attention √† ne pas voler le travail des taxis !).
La vid√©o ci-dessous montre ce principe de voitures partag√©es √† l’aide de voitures de golf. Le concept est appel√© Caddy Beta.

Aujourd’hui, de nombreux chercheurs travaillent sur les robots et voitures autonomes bas√©s sur les algorithmes SLAM. La route est encore longue, mais les avanc√©es sont √©normes. L’Etat du Nevada est le premier des Etats Unis √† rendre l√©gal la conduite automatis√©e. Reste √† convaincre les compagnies d’assurance sans lesquelles vous ne pouvez utiliser votre v√©hicule…
Le v√©hicule de Google participe aux diff√©rents d√©fis organis√©s par la DARPA pour les v√©hicules autonomes ! A suivre…
Pour plus d’informations sur la DARPA qui d√©veloppe √©norm√©ment de robots int√©ressants, voici quelques liens :
Alpha Dog.
Big Dog.
Mabel.
Le scarabée cyborg.
La graine d’√©rable t√©l√©command√©e.
– L’optimisation des co√Ľts de la DARPA
Source :
IEEE Spectrum

4 Commentaires

    • Merci Julie !
      Et bien si, Google est tr√®s pr√©sent dans le monde de la robotique. Cette grosse entreprise tr√®s active dans les sujets qui couvrent le domaine de l’intelligence artificielle. Dans le futur, je publierai un dossier plus complet sur les projets de Google ūüėČ

  1. ¬ę¬†De plus, avant d‚Äôactiver le pilotage automatique, les ing√©nieurs de Google parcourent plusieurs fois la route pour r√©cup√©rer les donn√©es d‚Äôenvironnement.¬†¬Ľ
    Est ce que ca veut dire que si la voiture n’a jamais circul√©e sur une route qu’elle est incapable de s’y deplacer? Ou que si il y a des travaux sur cette route qu’elle sera perdue.
    SI c’est le cas je suis decu, les voitures ne sont pas encore prete de l’etre….

    • Vous posez l√† une question fort int√©ressante ! Il faut savoir faire la part entre le r√™ve que les laboratoires veulent partager, et la r√©alit√©.
      Cette voiture n’apprend pas son parcours, elle est v√©ritablement capable de s’orienter dans une agglom√©ration et sur des routes qu’elle n’a jamais pratiqu√©. Elle se rep√®re gr√Ęce √† ses capteurs comparables √† nos propres sens.
      Le probl√®me avec ce type de syst√®me, c’est qu’il faut le certifier… Et comment certifier la s√©curit√© d’un syst√®me dont on sait que le niveau d’interpr√©tation de l’environnement est extr√™mement √©lev√© ? Il est impossible d’√©tudier toutes les situations qu’il pourra rencontrer au cours de son exploitation… C’est d’ailleurs un probl√®me que se posent les institutions gouvernementales et les assurances.
      Donc la r√©ponse n’est pas si simple… Ce n’est ni ¬ę¬†oui¬†¬Ľ ni ¬ę¬†non¬†¬Ľ mais plut√īt ¬ę¬†√† d√©montrer¬†¬Ľ.

Laisser un commentaire